Pain Au Chocolat

0 Comments

Pain Au Chocolat

Quel est le vrai nom d’un pain au chocolat ?

Le pain au chocolat, ou chocolatine, est arrivé en France au XIXe siècle.

Quel est le vrai mot pain au chocolat ou chocolatine ?

Pain au chocolat ou chocolatine ? – Le mot Chocolatine est employé dans le sud-ouest de la France. Pain au chocolat est, quant à lui, plus populaire dans le reste de la France. Techniquement, aucun des deux n’est faux, puisqu’ils désignent la même chose.

  1. Mais les réseaux sociaux et les memes se sont joints à la partie, creusant un fossé entre les opinions des Français.
  2. Les avis sont très tranchés et les Français n’hésitent pas à s’exprimer sur le sujet.
  3. Un site Internet officiel a même été créé afin de voter pour l’un ou l’autre.
  4. Les Bordelais n’hésitent pas à afficher leur boycott du pain au chocolat : il n’est pas rare de trouver des chocolatines à 1€ à côté des pains aux chocolat à 1,50€ dans la même boulangerie.

Les Français sont très fiers de cette viennoiserie connue dans le monde entier. Le nom qu’on lui donne est donc aussi devenu une question de fierté et de tradition régionale. Même les grands chefs se sont prononcés sur le sujet. Les sondages sont cependant assez clairs : 84 % des Français utilisent l’expression pain au chocolat,

Ou Dit-on pain au chocolat ?

Chocolatine ou pain au chocolat : et si on disait Schokoladencroissant ? – Pas de débat sur l’appellation “viennoiserie”, qui vient de la ville de Vienne. Dès le XVIIème siècle, peut-être avant, les ouvriers autrichiens maîtrisent la fabrication de produits réalisés à partir de pain, comme le kipferl, l’ancêtre du croissant.

  • À son arrivée en France en 1770, il n’est pas impossible que Marie-Antoinette d’Autriche ait rapporté quelques viennoiseries dans ses bagages.
  • Ce sont ensuite deux Autrichiens, August Zang et Ernest Schwarzer, qui ouvrent en 1837 leur “Boulangerie viennoise” au 92 rue de Richelieu dans le IIème arrondissement de Paris.

Ils importent chez nous leur savoir-faire et commercialisent les premiers croissants ainsi que leur version chocolatée, le Schokoladencroissant, ou Schokoladen, pour faire plus court. Avec l’accent autrichien, le “d” se prononce “t”. Résultat : les Parisiens se mettent à utiliser le mot qu’ils entendent, soit “chocolatine”.

  1. Au début du XXème siècle, les boulangers français se réapproprient le Schokoladencroissant et remplacent la pâte à pain par de la pâte feuilletée.
  2. Il faut un nouveau nom, pourquoi pas avec le mot “pain” pour faire le lien avec leur métier.
  3. Ils pensent tout simplement à “pain au chocolat”, l’expression rappelant le traditionnel goûter des enfants.

La confusion est née. Le nouveau nom est adopté par les Français, mais pas tous ! Dans une grande partie du sud du pays, en Aquitaine et en Occitanie, des irréductibles ont préféré garder l’appellation d’origine. De quoi renforcer le clivage nord/sud. ⋙ D’où vient l’expression “toucher le pactole” ?

Pourquoi on dit chocolatine ?

En vidéo, Chef’s Table : pâtisserie, la bande-annonce – D’autres théories “plus plausibles”, selon Dominique Anract, situent l’arrivée du pain au chocolat en France, au XIXe siècle. “C’est une viennoiserie assez récente”, indique le président de la chambre professionnelle des artisans boulangers-pâtissiers.

  • En effet, toujours selon le livre de Jim Chevalier, ce serait le boulanger autrichien Auguste Zang, qui aurait importé les viennoiseries dans la capitale française, et notamment le “Schokoladencroissant”.
  • C’est la sonorité de ce dernier qui aurait donné le mot chocolatine.
  • Enfin, on raconte que le nom du pain au chocolat viendrait du goûter des enfants.

Le traditionnel morceau de pain accompagné d’un carré de chocolat que mangeaient les écoliers à la récréation aurait tout simplement donné son nom à la célèbre viennoiserie. Alors, pain au chocolat ou chocolatine ? En attendant de voir la question discutée à l’Assemblée, chacun se fera son idée.

Quel pays a inventé le pain au chocolat ?

Historique – Corbeille de pains au chocolat, ou chocolatines, dans une boulangerie. Le « pain au chocolat » ou « chocolatine » est une viennoiserie imaginée par les Autrichiens August Zang et Ernest Schwarzer, C’est en fait une version au chocolat du croissant réalisé avec de la pâte à brioche et issue des premiers croissants qu’ils vendaient entre 1837 et 1839 dans leur Boulangerie viennoise à Paris,

Comment Dit-on pain au chocolat en France ?

Pain au chocolat ou chocolatine ? Un historien toulousain tranche Des pains au chocolat (image d’illustration) Crédit : Joël Saget – AFP publié le 11/02/2022 à 15:22 Faut-il dire pain au chocolat ou chocolatine ? Le débat sur l’appellation de cette viennoiserie agite la France depuis de nombreuses décennies. D’un côté, les Français du Sud-Ouest pour qui “chocolatine” est le terme correct, de l’autre, le reste du pays, qui opte plutôt pour “pain au chocolat”.

Pour tenter d’y mettre un terme Jean Lapoujade est remonté dans le temps pour trouver un élément de réponse. Retour alors au milieu du XIXe siècle, C’est à cette époque que le terme “chocolatine” est apparu, selon l’historien et auteur de l’ouvrage Les mots du pain, “J’ai régulièrement fait des recherches sur tout ce qui touche le pain.(.) Un certain Zang August (.) a amené le croissant, qui commémore une victoire des Autrichiens sur les Turcs en 1 683.

Une version au, ‘Schokoladeen croissant’, était également vendue”, explique-t-il à nos confrères de, “Chocolatine” proviendrait alors d’ une mauvaise compréhension du nom de ce “Schokoladeen croissant” : “Entre l’accent autrichien “qui prononce les ‘d’ comme des ‘t’ et le nôtre, les Parisiens ont appelé la viennoiserie chocolatine”, détaille-t-il, précisant que cette appellation a duré plusieurs dizaines d’années, jusqu’à une revisite de la,

Quelle région dit chocolatine ?

Pain au chocolat/chocolatine – C’est la question qui divise les Français depuis des années : pain au chocolat ou chocolatine ? Si la majorité des français sur le territoire parlent de « pain au chocolat » pour désigner leur viennoiserie favorite, c’est dans les régions bordelaises et toulousaines que le mot « chocolatine » est star.

Pourquoi on dit pain au raisin ?

L’escargot choisi pour la forme de la viennoiserie – “Réalisée en 2015, cette enquête a recensé l’avis de près de 13.000 personnes, réparties dans toutes les régions françaises”, se souvient Mathieu Avanzi, contacté par BFMTV.com. Pour certains de ces mots, l’explication est simple.

  • Dans l’est de la France, l’escargot a été choisi en raison de sa forme et le mot “schneck” n’est que la traduction allemande littérale du nom de la viennoiserie donné dans la région.
  • C’est mal indiqué sur la carte mais dans les Ardennes, certaines personnes appellent aussi le pain aux raisins “couque aux raisins””, explique l’auteur de la carte.

“Le terme vient directement du néerlandais, qui désigne à peu près toutes les viennoiseries. Vous avez des couques au chocolat et des couques aux raisins.” carte pain aux raisins © – Pour le “pain russe”, utilisé à Lyon, son origine fait débat. “De ce que l’on dit, un tsar serait venu à Lyon et il aurait particulièrement aimé cette viennoiserie. Mais c’est invérifiable”, souligne Mathieu Avanzi. “Sur le groupe Facebook appelé ‘Tu sais que tu viens de Lyon’, il y a eu plus de 1000 likes à ce sujet et ils semblent fiers de cette particularité régionale.” Pour “l’alsacienne” en Bretagne, aucune explication sur l’utilisation de ce terme.

You might be interested:  Knee Band For Pain Relief

Pourquoi les Toulousains disent chocolatine ?

CHOCOLAT – Attention, sujet sensible ! Si vous entrez dans une boulangerie toulousaine pour acheter votre traditionnel pain au chocolat, demandez une « chocolatine ». Oui, c’est ainsi que les habitants de la Ville rose (et du Sud-Ouest en général) nomment cette viennoiserie au chocolat. Pour eux, un « pain au chocolat », c’est du pain avec une barre de chocolat dedans, point !

Qui dit petit pain au chocolat ?

Une troisième voie ? – Cette discussion binaire tend à éclipser la diversité des noms que peut prendre cette viennoiserie, selon la région. S’excluant du débat, les Alsaciens l’appellent petit pain, tout comme les habitants du Nord-Pas-de-Calais. Autre originalité de la région, le petit pain est parfois saupoudré de sucre glace ou glacé au sucre.

Plusieurs théories affirment qu’il s’agit d’une influence germanique. Du côté allemand, les pâtisseries sont généralement plus sucrées. Dans la boulangerie L’Atelier 116, située dans l’emblématique Grand’rue de Strasbourg, les clients peuvent choisir s’ils souhaitent ou non un glaçage. « Environ la moitié de nos clients repartent avec un petit pain glacé.

D’autres trouvent ça trop sucré, alors on propose également des petits pains plus classiques », témoigne Noémie, la vendeuse de la boulangerie. Vidéos : en ce moment sur Actu Quel que soit le nom par lequel vous appelez cette viennoiserie, le plus important reste de se faire plaisir en la dégustant, le matin avec votre boisson favorite.

Pourquoi Dit-on chocolatine dans le Sud ?

. À «chocolatine» – Car de «Schokoladencroissant» à «chocolatine», il n’y a qu’un pas. Ou plutôt, il y a quelques lettres en moins. Enlevez ici la partie «croissant» du terme, et vous vous retrouverez face à «schokoladen», qui, avec l’accent autrichien où les «d» se prononce comme des «t», n’est ni plus ni moins que l’ancêtre de l’appellation «chocolatine».

Une simple déformation linguistique de français franchouillards, comme on sait si bien le faire face à une langue différente. Je sais ce que vous allez dire: et le pain au chocolat dans tout ça? Où est-il? C’est là que le bât blesse. Il semblerait que, pendant une période, toute la France parlait de «schokoladen», ou «chocolatine»! C’est en tout cas ce qu’atteste l’historien et boulanger Jean Lapoujade dans son livre Les Mots du pain,

Quant aux adeptes du «pain au chocolat», pas besoin de monter sur vos grand chevaux. Au fond, c’est bien vous qui avez raison. Car si l’on parle alors de «chocolatine», c’est pour évoquer la version qui existe à l’époque, c’est-à-dire à base de brioche, la même que celle d’Auguste Zang.

La version à base de pâte feuilletée, que nous connaissons aujourd’hui, voit le jour quelque temps après. Et pour les différencier, les boulangers l’ont baptisée «pain au chocolat», histoire de faire un lien net avec leur métier, mais aussi pour évoquer le morceau de pain avec un bout de chocolat que l’on consommait à l’heure du goûter,

Historiquement, la chocolatine évoquerait donc une version ancestrale, originelle, mais différente de la viennoiserie d’aujourd’hui, qui correspond donc à un pain au chocolat. Si pour vous le débat n’est pas encore clos, dites-vous que dans certaines régions, on ne parle pas de pain au chocolat, ni même de chocolatine, mais de «couque au chocolat» (dans les Ardennes et en Belgique), voire de «petit pain au chocolat» (dans les Hauts-de-France et le Grand Est).

Comment Appelle-t-on un pain au chocolat à Marseille ?

Landes : il parle de “pain au chocolat” au lieu de “chocolatine”, il finit roué de coups À Marseille, comme dans une grande partie du pays, le pain au chocolat est roi. Mais attention, dans le sud-ouest, si vous vous y rendez, notre meilleur ami du petit déjeuner se dit “chocolatine”.

  1. Un débat sans fin sur le ton de l’humour qui a malheureusement viré au drame il y un peu moins de deux ans.
  2. Une affaire qui a été jugée ce mardi par le tribunal de Mont-de-Marsan, rapporte le site de,
  3. Des vacanciers du Nord se sont rendus dans un bar des Landes, à Mimizan en juillet 2020.
  4. Face à eux, un jeune homme habitant du village leur pose la fatidique question : ” On dit pain au chocolat ou chocolatine ? ” Pour avoir répondu ” pain au chocolat “, les deux amis en vacances ont reçu une pluie de coups.

Résultat : une fracture de la mâchoire, un enfoncement du crâne et des dents déplacées, détaille le site du quotidien. Le tribunal de Mont-de-Marsan a prononcé une peine de quatre mois de prison ferme contre l’auteur de cette agression, âgé de 21 ans.

Quel est le pays d’origine du chocolat ?

– De l’ancienne Amérique latine à nos jours, le chocolat a parcouru bien du chemin. Ça vous intéresse ? Découvrons ensemble la fascinante histoire de la gourmandise préférée du monde. L’histoire du chocolat remonte à 4,000 ans, dans la Méso-Amérique antique où les premiers cacaoyers ont été trouvés, et qui regroupe entre autres le Mexique d’aujourd’hui.

La civilisation Olmèque, l’une des plus anciennes d’Amérique latine, a été la première à transformer le cacao en chocolat. Elle en faisait des infusions que l’on buvait lors de rituels et que l’on utilisait comme médicament. Des siècles plus tard, les Mayas considéraient le chocolat comme la boisson des dieux.

Vénérée, l’infusion de chocolat maya était faite de fèves de cacao torréfiées et moulues, mélangées à des piments, de l’eau et de la semoule de maïs. Les Mayas transvasaient cette mixture d’un récipient à un autre, obtenant ainsi un breuvage à mousse épaisse qu’ils appelaient “xocolatl”, littéralement “eau amère”.

Au 15e siècle, les Aztèques utilisaient les fèves de cacao comme monnaie. Ils croyaient que le chocolat était un cadeau du dieu Quetzalcoatl. Il était utilisé aussi bien comme boisson rafraîchissante que comme aphrodisiaque et même pour se préparer à la guerre. On ignore encore le moment précis où le chocolat a été introduit en Espagne.

La légende veut que l’explorateur Hernán Cortés en ait ramené dans son pays natal en 1528. Cortés aurait découvert le chocolat au cours d’une expédition en Amérique. Parti en quête d’or et de richesses, il se voir offrir à la place une tasse de cacao de la part de l’empereur aztèque.

  • À son retour, Cortés introduisit la fève de cacao en terre espagnole.
  • Bien que servit sous forme de boisson, le chocolat espagnol fut mêlé à du sucre et du miel pour en adoucir l’amertume.
  • Le chocolat connut rapidement une grande popularité parmi les populations riches et prospères.
  • Même les moines catholiques l’appréciaient et le consommaient lors de pratiques religieuses.

Pendant longtemps, les Espagnols ont gardé sous silence leur connaissance du chocolat. Il aura fallu presque un siècle pour que le chocolat se fasse connaître de la France puis du reste de l’Europe. En 1615, le roi de France Louis XIII épousa Anne d’Autriche, fille du roi d’Espagne Philippe III.

  • Pour célébrer leur union, celle-ci offrit des échantillons de chocolat à la cour de France.
  • Après la France, le chocolat apparut bientôt en Angleterre où il fut consommé dans des “chocolate houses” (maisons du chocolat).
  • La tendance gagna alors toute l’Europe et plusieurs pays mirent sur pied leurs propres plantations de cacaoyers autour de la ligne équatoriale.
You might be interested:  Knee Pain After Delivery

Le chocolat restait très apprécié de l’aristocratie européenne. Royalistes et grands bourgeois consommaient le chocolat pour ses effets bénéfiques sur la santé, de même que pour ses effets aphrodisiaques. Toujours produit de manière artisanale, selon un processus lent et rigoureux, les choses changèrent définitivement avec l’arrivée de la révolution industrielle.

  • En 1828, l’invention de la presse à chocolat modifia en profondeur la méthode de fabrication du chocolat.
  • Cette innovation permit d’obtenir du beurre de cacao à partir de fèves torréfiées, ne laissant derrière qu’une fine poudre de cacao.
  • Cette poudre, mélangée à des liquides et versée dans un moule, finit par se solidifer et prendre la forme d’une tablette de chocolat comestible.

C’est ainsi que le chocolat fit son entrée dans l’ère moderne. Faisons un bond de quelques siècles en avant, à l’époque où Magnum Classique fait son apparition. C’est en 1989 que Magnum lance sa première glace au chocolat, classique intemporelle que tout le monde connaît aujourd’hui.

Mais c’est vers la Belgique qu’il faut se tourner pour remonter aux origines de Magnum. Là où nos producteurs de chocolat belge premium ont créé cet enrobage unique et ce croquant emblématique qui accompagne notre ontueuse crème glacée à la vanille. Un seul parfum est loin d’être suffisant et, en 1992, de nouvelles glaces Magnum voient le jour, dont les Magnum Blanc et Amande.

Depuis lors, nous n’avons cessé d’innover. De la gourmandise petit format avec les Magnum Minis au plaisir ultime des Magnum Doubles, nous proposons des créations originales et gourmandes pour répondre à toutes les envies ! Alors, la prochaine fois que vous croquerez dans votre Magnum préféré, prenez un instant pour savourer aussi toute l’histoire de son chocolat.

Une riche couche de chocolat, fabriquée à partir de fèves de cacao de qualité supérieure. Glace imprégnée de vanille Bourbon malgache. C’est ainsi qu’un Magnum est fabriqué. Magnum a sorti les nouveaux pots. Luxueuse glace aux éclats de chocolat, recouverts d’une coquille de chocolat: Magnum dans une baignoire est la nouvelle façon de se détendre. Au Festival de Cannes 2016, Kendall Jenner s’est dirigée vers le salon Magnum et a créé son propre Dream Magnum

: L’histoire du chocolat

Qui a inventé le croissant ?

La première chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous voyez un croissant est probablement la France. Cette pâtisserie française emblématique est aussi omniprésente que la baguette, et on la trouve dans presque toutes les boulangeries françaises. Bien que l’innovation gauloise ait sans doute permis de perfectionner le croissant, les Français n’ont pas été les premiers à savourer cette pâtisserie en forme de croissant qui leur est si étroitement associée. Où trouver les meilleurs croissants à Paris ? Tout d’abord, quelles sont les boulangeries qui proposent les meilleurs croissants au beurre de Paris ? Certes, c’est un sujet très discutable. La capitale française organise chaque année des concours très médiatisés pour déterminer le meilleur croissant de Paris, mais les meilleures offres se trouvent parfois dans les cafés les plus anodins, où vous vous tiendrez au comptoir pour engloutir une bouchée.

Si vous ne voulez pas prendre de risques (et croyez-nous, vous ne voulez pas – dans une ville où il y a tant de boulangeries, il peut être difficile de tomber sur les meilleurs endroits pour obtenir les meilleures bouchées), commencez par les croissants chez Laurent Duchêne, La Pâtisserie Cyril Lignac, Gontran Cherrier, ou Sain Boulangerie.

Si vous avez du mal à vous décider, pourquoi ne pas participer à notre Paris Ultimate Food Tour ? Nous vous emmènerons dans les meilleures boulangeries et restaurants du Marais, l’un des quartiers de Paris les plus convoités par les gourmands. Où le croissant a-t-il été inventé ? Comme pour beaucoup d’aliments classiques, l’origine exacte du croissant est sujette à débat.

Bien qu’il soit le plus souvent associé à la culture française, un certain nombre d’historiens de la cuisine renommés font remonter les racines du croissant à l’Autriche et à d’autres pays d’Europe de l’Est, grâce à une pâtisserie appelée kipferl, Fabriqué avec de la levure et roulé en forme de croissant, le kipferl est en circulation depuis le 13e siècle environ.

Contrairement au croissant moderne, qui se compose de couches minces de pâte feuilletée à la levure et d’une quantité impie de beurre pur, le kipferl est beaucoup plus dense et plus doux, préparé à base de farine de blé, de lait, de beurre, de sucre et d’une pincée de sel. Bien que ses origines soient très contestées, le croissant au beurre a parcouru un long chemin depuis ses humbles débuts en Europe de l’Est. Au début du XXe siècle, les boulangers français ont commencé à utiliser des couches alternées de pâte feuilletée ( pâte feuilletée ) et la levure dans la production de la recette désormais classique du croissant, apprécié aujourd’hui dans presque tous les coins du monde.

La forme du croissant a-t-elle une signification symbolique ? La légende veut que la forme en croissant du croissant soit due à un groupe de boulangers viennois, qui ont commencé à fabriquer une pâtisserie locale particulière en forme de demi-lune au milieu du XIXe siècle pour commémorer une tentative de siège sournois de la métropole autrichienne par les Ottomans.

L’histoire raconte qu’un groupe de boulangers travaillant dans les caves de la ville a remarqué que les troupes ottomanes creusaient des tunnels sous les rues de Vienne pour contourner ses murs de protection. Ils ont alerté les autorités, qui ont mis les Ottomans à la porte, évitant ainsi une invasion potentiellement catastrophique.

  1. Peu de temps après, les boulangers viennois se sont regroupés pour rendre hommage aux braves gens qui avaient aidé à sauver leur ville en préparant des hörnchen (petites cornes en allemand), des pâtisseries semblables aux kipferl mais en forme de croissant.
  2. Présent sur le drapeau turc jusqu’à ce jour, le croissant de lune était un symbole de l’Empire ottoman, que les citoyens autrichiens pouvaient désormais dévorer métaphoriquement quand ils le souhaitaient.

Selon une contre-théorie, cependant, la forme du croissant était présente dans les boulangeries viennoises depuis plusieurs siècles avant l’attaque des Ottomans. Comment les hörnchen sont-ils arrivés en France ? La façon dont les hörnchen ont atterri en France est également une question ouverte.

On peut supposer que leur arrivée a coïncidé avec une autre exportation autrichienne : la reine française Marie-Antoinette, une royale pratiquement synonyme de pâtisserie. (Qu’ils mangent du gâteau !) Mais les historiens de l’alimentation contestent également cette version, en faisant remarquer que le croissant n’a été largement diffusé en France que bien après le XIXe siècle.

Selon eux, l’origine du croissant se trouve dans une boulangerie viennoise de Paris, ouverte en 1837 et dirigée par Ernest Schwartzer et August Zand, tous deux originaires d’Autriche.

Comment Dit-on pain au chocolat en Suisse ?

1-Pain au chocolat/chocolatine/croissant au chocolat. – Grâce à la chanson de Joe Dassin, le “pain au chocolat” est ancré dans la culture populaire, au détriment de la “chocolatine”, une appellation créée par une langue régionale, l’occitan, qui fait de la résistance dans les régions bordelaises et toulousaines.

  1. La dénomination de cette viennoiserie rectangulaire, élaborée avec une pâte levée feuilletée dans laquelle le boulanger glisse une ou deux barre(s) de chocolat, divise depuis plus d’un siècle.
  2. Elle a refait pas mal de bruit sur le web depuis que Jean-François Copé n’a pas su en donner le juste prix (10 à 15 centimes selon lui) ou qu’une boulangerie de Tokyo a tranché pour “chocolatine”.
You might be interested:  Home Remedies For Tonsil Pain

Il faut ajouter à cette confrontation binaire des variantes, puisque dans le Nord, on dit “petit pain au chocolat”, ou “couque au chocolat”, comme en Belgique, alors que dans l’Est et la Suisse romande, on évoque plutôt le “croissant au chocolat”, un dérivé de l’allemand “schokoladencroissant”.

Un pain au chocolat est-il un croissant ?

Les croissants au chocolat et les pains au chocolat sont la même pâtisserie ; ‘pain au chocolat’ est le nom français des croissants au chocolat. Ils sont fabriqués à partir de la même pâte à pâtisserie que les croissants traditionnels, mais avec l’ajout de chocolat à l’intérieur et cuits dans une forme rectangulaire.

Où a été inventé le croissant ?

Les croissants, une pâtisserie pour narguer Ottomans – Contrairement aux idées reçues, le croissant n’est pas une pâtisserie qui a été créée en France, mais en Autriche. Plus particulièrement dans la ville de Vienne. Selon une des légendes racontées sur le sujet, ce produit du petit-déjeuner est né lors du siège de la ville par les Turcs, en 1683. “Les Ottomans étaient prêts à attaquer la ville tôt le matin. Il avaient commencer à creuser des tunnels”, raconte Olivier Poels. “Mais les boulangers, levés de bonne heure, ont entendu le bruit et donné l’alerte, empêchant la prise de la ville”. >> LIRE AUSSI – Pour célébrer cette victoire sur les Ottomans, les boulangers de la ville auraient alors fabriqué une pâtisserie en forme de croissant, emblème turc, comme un pied de nez aux vaincus. La pâtisserie devient par la suite très populaire à Vienne, mais sous une recette différente de celle consommée aujourd’hui. En effet la pâte feuilletée n’ayant pas été encore inventée, les croissants de cette époque sont faits de pâte à pain légèrement améliorée.

Comment Dit-on pain en Suisse ?

Vaudois et Valaisans préfèrent crotchon ou crochon (voire crotson ou encore crodzon).

Comment Appelle-t-on un pain au chocolat dans le nord de la France ?

Pain au chocolat/chocolatine – C’est la question qui divise les Français depuis des années : pain au chocolat ou chocolatine ? Si la majorité des français sur le territoire parlent de « pain au chocolat » pour désigner leur viennoiserie favorite, c’est dans les régions bordelaises et toulousaines que le mot « chocolatine » est star.

Comment on dit pain au chocolat en autrichien ?

Chocolatine ou pain au chocolat : quel terme est le plus ancien ? – Un Kipferl : l’ancêtre autrichien du croissant Pour connaître le vrai nom de ce produit, tentons un instant de remonter à son origine. Le pain au chocolat est une viennoiserie. Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme a commencé à être utilisé au XIXème siècle en France pour désigner des pâtisseries d’inspiration viennoise.

En effet, à cette période les échanges culturels entre l’Autriche et la France sont plutôt forts : le Royaume de France et l’Empire Autrichien sont deux des principales puissances européennes, qui plus est liées par alliance (Marie-Antoinette d’Autriche était Reine de France à peine quelques décennies plus tôt).

La première « Boulangerie Viennoise » est installée en France dans les années 1830 au 92 rue Richelieu (dans l’actuel deuxième arrondissement, près de la Bourse), et est dirigée par un autrichien : Auguste Zang. C’est lui qui va véritablement apporter à Paris la mode des viennoiseries, comme l’atteste l’historien culinaire Jim Chevalier, dans son livre « August Zang and the French Croissant : How Viennoiserie Came to France ». August Zang, l’importateur des « Schokoladencroissant » (« Chocolatine ») en France Vous allez me dire, ça ne nous avance pas beaucoup sur le nom du pain au chocolat pas vrai ? Eh bien si ! L’hypothèse la plus probable de l’origine du nom « chocolatine » viendrait justement de cet autrichien.

  • L’entendant vendre des « Schokoladencroissant » avec son accent autrichien, les français auraient progressivement transformé le mot en « Chocolatine » (Schokoladen – Chocolatine, vous voyez ?).
  • Pour les boulangers autrichiens, le « pain au chocolat » évoque tout autre chose, c’est le Schokoladebrot, qui ressemble plus à un cake au chocolat.

Il y a une hypothèse qui veut que le mot « Chocolatine » soit d’origine anglaise, mais elle est historiquement fausse (voir à la fin de l’article pour plus d’infos) Il est donc probable que le premier terme pour désigner une viennoiserie fourrée au chocolat ait été « Chocolatine », à cause de cette déformation linguistique.

Et c’est d’ailleurs plutôt logique puisque la particularité de cette viennoiserie est surtout d’être au chocolat (elle a d’ailleurs vite perdu sa forme de croissant). Quand au terme « pain au chocolat » il serait plus récent. D’après Nicolas Berger, auteur d’une encyclopédie du chocolat (Chocolat, mots et gestes) publié aux éditions Alain Ducasse, le mot pain au chocolat désignait à l’origine un morceau de pain dans lequel on fourrait un bout de chocolat pour le goûter des écoliers.

Lorsque les viennoiseries ont été reprises et réinterprétée par les pâtissiers français au début du XXème siècle, en utilisant notamment de la pâte levée feuilletée, certains auraient repris ce terme. Progressivement, l’utilisation du mot d’origine « chocolatine » n’a été conservée que dans le Sud-Ouest, probablement à cause de sa proximité avec des mots occitans.

Comment Appelle-t-on un pain au chocolat à Marseille ?

Landes : il parle de “pain au chocolat” au lieu de “chocolatine”, il finit roué de coups À Marseille, comme dans une grande partie du pays, le pain au chocolat est roi. Mais attention, dans le sud-ouest, si vous vous y rendez, notre meilleur ami du petit déjeuner se dit “chocolatine”.

Un débat sans fin sur le ton de l’humour qui a malheureusement viré au drame il y un peu moins de deux ans. Une affaire qui a été jugée ce mardi par le tribunal de Mont-de-Marsan, rapporte le site de, Des vacanciers du Nord se sont rendus dans un bar des Landes, à Mimizan en juillet 2020. Face à eux, un jeune homme habitant du village leur pose la fatidique question : ” On dit pain au chocolat ou chocolatine ? ” Pour avoir répondu ” pain au chocolat “, les deux amis en vacances ont reçu une pluie de coups.

Résultat : une fracture de la mâchoire, un enfoncement du crâne et des dents déplacées, détaille le site du quotidien. Le tribunal de Mont-de-Marsan a prononcé une peine de quatre mois de prison ferme contre l’auteur de cette agression, âgé de 21 ans.

Est-ce que le mot chocolatine existe ?

Étymologie – ( 1790 ) La forme est attestée une toute première fois dans un nom d’enseigne « Le café de la chocolatine » à Bordeaux, sans qu’on sache ce que désigne le mot. La première attestation d’usage avec un sens clair se trouve dans un article de Constance Aubert dans le journal L’Illustration,

  • Elle relaie le nom donné à ses bonbons par le confiseur parisien P.-E. Perron.
  • Il est décrit dans le Larousse de 1899 dans ce sens, c’est la première attestation dans un dictionnaire général,
  • Néanmoins, cette dénomination de la confiserie disparaît peu à peu.
  • D’après Bernard Moreux, la viennoiserie connue aujourd’hui sous ce nom a été introduite à Toulouse entre les deux guerres, ce qui a probablement donné lieu à une recréation du mot,

Ce dernier sens n’apparaît dans les dictionnaires régionaux qu’en 1980, même s’il est attesté à Tulle dès 1965, Le mot est dérivé de chocolat, avec le suffixe -ine, d’après le paradigme du mot amandine où le suffixe -ine permet de former des noms de confiseries ou de pâtisseries comportant l’aliment en radical,